Measuring cup – Limestone. Circa 1er siècle de notre ère

Measuring cups made of limestone, apparently used for ceremonial washing of hands.

Recherche archéologue pour publication.

**********

http://dss.collections.imj.org.il/qumran_com

**********

ISRAEL EXPLORATION SOCIETY – 1994

Jerusalem as a Center of the Stone Vessel

Industry during the Second Temple Period

Yitzhak Magen

Vessels made of stone have always occupied a prominent position among the artifacts used by man. Such vessels were used mainly for grinding and pounding, and were fashioned of hard limestone or basalt. The material culture of the Second Temple period was marked by the appearance of a different type of stone vessel, made of chalk (a soft limestone). The presence of these vessels mainly in characteristically Jewish areas, such as Jerusalem, Judea and the Galilee ; their absence generally from non-Jewish areas ; and their sudden disappearance after the destruction of the Second Temple and the Bar Kokhba Revolt suggests that the stone vessel industry during the Second Temple period was a distinct Jewish phenomenon connected with Jerusalem and the Temple, Jewish religious law, and the Jewish population (PL. Vif).

Materials and Worshops for the production of Stone Vessels

Stone vessels were made of both white and bituminous chalk. The former type of stone is abundant in the eastern part of Jerusalem, from Hizma in the north to Beit Sahur in the south. Local kakula and nari limestone was also used at times for the production of stone vessels such as ossuaries. Bituminous chalk quarried in the Nebi Musa area in the Judean Desert was used mainly for the manufacture of stone tables.

Workshops for the production of stone vessels were concentrated in Jerusalem and its environs. Evidence of such workshops was found on the slope of the Ophel south of the Temple Mount and in the City of David in Jerusalem. Apparently these workshops employed heavy-duty lathes for the production of such items as large vessels and stone tables. The manufacture of small vessels, mainly « measuring cups » (see below) was carried out at the stone quarries outside the city. Such a workshop for the production of stone vessels was discovered in 1968 in the Abu Dis area, east of Jerusalem. In this workshop small vessels were produced on a lathe. Vessels that had been discarded as faulty while they were being made, as well as cores – the material removed from inside the vessels by turning – were found in Bethany. This discovery on the Mount of Olives attests to the presence of a stone vessel industry there as well. A workshop for the production of stone vessels was also discovered in Galilee, near Reina, on a chalk dome 6 km, north of Nazareth where measuring cups, and apparently also other small vessels made on a lathe, were produced. The largest quarry-based workshop found until now is located in the village of Hizma, the biblical Azmaveth, north of Jerusalem. A number of caves used as stone quarries, and a workshop for making stone vessels were discovered on the northern slope of the village. The dimensions of two of the caves are, respectively, 38 x 26 m. and 33 x 8 m. ; another cave, used as a water cistern, measures 8 x 7,5 m. In the early 1980s, two excavation seasons were conducted under the direction of the present author in one of the Hizma caves. The excavations revealed archæological deposits, 5-6 m. thick, containing stone chips. Tens of measuring cups that had been damaged in the various stages of working, stone cores extracted on a lathe, and various small latheturned vessels were uncovered. Also found were metal vessels and iron cutting tools such as knives and chisels for separating stone blocks, and a large quantity of pottery vessels of the 1st century C.E. – jars, cooking pots, many oil-lamps, and painted bowls. The pottery vessels are of good quality and were probably made in Jerusalem.

Methods of Manufacturing Stone Vessels

Two main methods of production can be discerned in the stone vessel industry : manual and lathe work. The manual manufacture of vessels obviously predated the latter, although vessels made entirely by hand continued to be produced also after the introduction of lathes. Mallets, chisels and gouges – tools used for making wooden vessels – were employed in the production of varied types of stone vessels, fashioned both manually and a lathe.

Stone Vessels Made Entirely by Hand

Working the stone by hand gave the craftsman a great deal of freedom and therefore this group of vessels comprises a broad range of shapes. Three main types of objects were produced in this way : ossuaries ; tables ; and small vessels of which the most prominent are the measuring cups. The methods of making and decorating assuaries for secondary burials were identical to those of the other stone utensils. The ossuaries were fashioned manually with mallet and chisel from preshaped rectangular blocks, and ornamentation was chip-carved or incised in the stone – techniques obviously derived from woodcarving since the chalk lends itself to similar treatment (see in this volume, pp. 191-205). The tables are rectangular with a single, central leg in the form of a column, that was sometimes turned on a lathe. The ornamentation on the edges of these tables, which imitated imported stone, marble, and metal tables, in some cases resembles that on the ossuaries. Among the stone used for making tables is white chalk, gray-black bituminous chalk, and harder limestones. Measuring cups in various stages of working were found in all the workshops discovered so far in quarries. In the Hizma caves we found dozens of measuring cups that had been damaged while being worked, enabling us to reconstruct the production process. After the chunk os stone to be worked was detached from the rock, it was given the basic shape of the vessel with mallet and chisel. The next stage entailed hollowing out the vessel with mallet, gouge and chisel. Judging from the finds, many vessels must have been damaged at this stage of the manufacturing process. Finally, the outer surface of the vessel was fashioned with a fine chisel, no effort being made to smooth the chisel marks on the sides of the vessels. Vessels other than measuring cups made in this way include mainly square bowls with rounded corners and ledge-handles in the rim.

Types of Handmade Stone Vessels

The handmade stone vessels comprise a large and diverse group. As mentioned above, three distinct types of stone objects were made by hand : ossuaries which constitute one of the dominant types of products in the entire stone utensils industry ; measuring cups ; and rectangular stone tables with a single central leg (monopodia).

The measuring cups are of unique shape, probably in imitation of wooden cups, and appear in different sizes – with one, but sometimes also with two handles. Scholars have regarded them as measuring vessels, hence the name « measuring cup ». However, this determination is erroneous ; a few such vessels may possibly have been used for measuring, but basically this was the common household cup in use during the Second Temple period – also for the ritual washing of the hands. To this group of handmade stone vessels may be added square, handemade bowls with ledgehandles in the rim of the vessel.

….

Stone Vessels in Jewish Halakhah

During the Second Temple period strict attention was paid to the laws of ritual purity. According to the Tosefta, « purity broke out amoung Israel ». Strictness regarding ritual cleanness was not limited solely to the bounds of the Temple, but spread throughout the Jewish communities. The laws of ritual cleanness had far-reaching influence over daily life and on the material culture. Definitions of cleanness and uncleanness are of biblical origin (cf., Leviticus 11 : 33 ff.) and during the Second Temple period they were expanded and discussed in detail in the Order Tohoroth in the Mishnah. Due to the strictures governing ritual cleanness it was more worthwhile to purchase a vessel which could not become unclean, for once a vessel became ritually unclean it had to be taken out of use-especially a pottery vessel, which had to be broken. As a consequence of this halakhic precept of strict observance of the purity laws both in and outside the Temple, a stone vessel industry began to develop in the Second Temple period. According to the halakhah, stone and earth do not become ritually unclean : « All the utensils that were in the Temple required immersion, excepting the altar of gold and the altar of bronze, for they were reckoned as like to the ground. So R(abbi) Eliezer. But the Sages say, Because they were plated (with metal) » (Mishnah, Hagigah 3:8).

The Mishnah lists groups of vessels which were not susceptible to becoming ritually unclean : cattle-dung vessels, stone vessels, and earthen vessels (Kelim 10 : 1 ; Oholoth 5 : 5 ; Parah 5 : 5 ; Yadayim 1 : 2). This group of vessels was made of materials originating in the earth. Dung vessels were made of a mixture of animal dung and clay, dried in the sun. They were used mainly for the storage of dry materials : wheat, barley, lentils, etc. Earthen vessels were made of unfired clay. The Mishnah defines an earthen vessel as one which had not been fired in an oven, and determines : « After what time does an earthenware vessel become susceptible to uncleanness ? From the time that it is fired in the furnace, for that is the completion of its manufacture » (Kelim 4 : 4). Stone vessels were thus included among unfired vessels i.e., natural material. Stone vessels also appear as a separate group connected with water : «  … they may render (unclean) water clean by (surface) contact in a stone vessel, but they may not immerse it » (Mishnah, Betzah 2 : 3) ; and similarly in the Tosefta : « A person may not immerse water on a Festival, nor may he make surface contact of water in a stone vessel to purify it on the Sabbath ; the opinion of Rabbi. But the Sages say, a person may immerse water on a Festival, and he may make surface conatct of water in a stone vessel to purify it, but he may not immerse it » (Tosefta, Shabbath 17 : 1 ; Betzah 2 : 9). These laws stress the great importance of stone vessels in the purification of water on a festival or on the Sabbath. Water kept in a stone vessel could be made ritually clean on a festival or on the Sabbath, while water kept in a pottery vessel could not be made clean, since the instant the water became unclean, it imparted this uncleanness to the vessel as well, thus prevebting the purification of the water it contained. This lead us to the assumption that the large stone vessels were used to store ritually clean water for the washing of the hands, etc., as illustrated in the New Testament in the story of the transformation of water into wine by Jesus, at Cana in Galilee : « Now six stone jars were standing there, for the Jewish rites of purification … » (John 2 : 6). These stone vessels, according to the King James version, held « two or three firkins » – or 11 – 66 liters – approximately the capacity of the large stone vessels of the Second Temple period. (Firkin is the ancient Hebrew bath, a liquid measure equivalent to 21,83 liters). There is a clear preference in the Mishnah for stone objects as being ritually clean, over objects made of other materials. If an oven is made of stone and metal it is nos susceptible to uncleanness as is a pottery oven, and if the metal becomes unclean it may be made clean ; a stone oven, however, is not susceptible to uncleanness at all (Kelim 5 : 11). The Mischnah asserts that a stone bathhouse bench is not susceptible to uncleanness (Niddah 9 : 3). Since stone vessels are not susceptible to becoming ritually unclean, they were used extensively in the Temple. The burning of the red heifer required flawless ritual cleanness. The priest who burned the heifer stayed for seven days in the House of Stone (Parah 3 : 1). In his commentary on the Mishnah, Maimonides explains that the chamber was given this name because all the vessels used in it during his stay there of stone, which are not susceptible to uncleanness. After the heifer was burned, it had to be finely crushed ; to this end, stone mallets were employed, and the ashes were sifted with stoneware sieves (Parah 3 : 11). The drawing of water from the Shiloah for the consecration of the ashes of the heifer and its transport to the Temple Mount entailed a long and complicated process which required the strictest attention to ritual purity. The water from the Shiloah was drawn up in stone cups (Parah 3 : 2-3), and the ashes of the heifer would be placed in large stone vessels of the kalal type (Tosefta, Parah 3 : 4). The consecration of the ashes was also performed with vessels of cattle-dung, stone, and unbaked clay (Parah 5 : 5). The Mishnaic sources , especially regarding the burning of the red heifer, emphasize the great importance of stone vessels for the maintenance of a high level of ritual cleanness in the Temple and in daily life. In that period, the first pair of Sages (Jose ben Joezer and Jose ben Johanan) ruled that glass vessels can become ritually defiled even though they are clean by Torah law (Tosefta, Kelim Baba Batra 7 : 7). Similar strictures regarding the ritual cleanness of metal vessels were introduced by Shimon ben Shetah (Bab. Tal., Shabbath 14b ; 16b). The susceptibility of pottery vessels to becoming unclean had already been established in the Bible. Consequently, all materials could now become ritually unclean – except for stone vessels, cattle-dung vessels, and earthen vessels. The Mishnah does not explain or substantiate these matters, and we can only speculate about them. Two main reasons come to mind for limiting the purity of glass and metal vessels, and for the ritual cleanness of stone vessels. One is a matter of principle connected with the essential nature of the materials, and the second reflects the harsh Pharisee-Sadducee social conflict. Due to the severe strictures regarding ritual purity during the Second Temple period, a principle had to be established for defining the states of ritual cleanness and defilement. This principle stated that natural materials that had not been fired – stone, earth, and anything connected with earth – do not become unclean. The attribution of uncleanness to glass vessels, metal vessels, and to the « lands of the gentiles » (from which luxury pottery was imported), all of which were expensive items, contrasted with the elevation of sheap, local products – dung, earthen and stone vessels – to a high level of ritual cleanness. Thus, all strata of society, and not only the wealthy classes in Jerusalem, were able to maintain a high degree of ritual purity, especially as it pertained to their contact with the Temple. This led to the increased use of stone vessels by all who were strict in their observance. Stone thereby became a common material for imitating vessels which were liable to become ritually unclean – mainly luxury and other imported vessels which filled the homes of the upper classes in Jerusalem.

Distribution of the Stone Vessels

As we have shown, the development of the stone vessel industry had its source in the halakhah. This assumption is confirmed by the distribution map of stone vessels in the various regions of the Land of Israel. The largest quantity of stone vessels was discovered in Jerusalem in the excavations in the City of David, in the Upper City, on the Ophel south of the Temple Mount, and in tombs around Jerusalem. The city was the center of production, distribution, and consumption of stone vessels during the time of the Second Temple. The most diverse range of vessels was found there, and some items, such as stone tables, were discovered mainly in the city. Similarly, most of the large stone vessels were found in Jerusalem. Another area rich in stone vessels was the territory of Benjamin, north of Jerusalem, where dozens of ancient settlements are known ; in almost all of them miqva’ot (ritual baths) were discovered. Stone vessels were found in the region of Benjamin at sites such as Shiloh, Gibeon, Hizma, Beit Iksa, and also in many ancient farmsteads. In the farmstead at Qalandiya, where wine was produced, two miqva’ot and a large selection of stone vessels were discovered . Stone vessels were also found in settlements east of Jerusalem, such as Bethany, and south of the city as in the Arrub caves. Only a few stone vessels were discovered in Herodium, notwithstanding the size and importance of the site. Almost no stone vessels are recorded from the Hebron hill country. But on the other hand, stone vessels were discovered at sites on the western slopes of the Hebron hills, among them Khirbet Ramamin (Rimon), and in Khirbet el-Muraq. A few stone vessels were found at several sites in the Jordan Valley and the Judean sites in the Jordan Valley and the Judean Desert : the palace of Herod in Jericho and the Kypros fortress above it, Qumran, the Cave of the Scrolls, the Treasure Cave, Wadi Murabba’at, and En-Gedi. The small number of stone vessels at these sites is surprising considering that the area was a distinctly Jewish region. However, many stone vessels were found in Masada, apparently belonging to the final phase of occupation and not to the Herodian period. Some of the stone vessels from the Judean Desert caves belong to the period preceding the First Jewish Revolt, and others to the time of Bar Kokhba. In the Samaria mountains, as in the Hebron hill country, very few vessels were found at sites such as Sebastia (Samaria) and Shechem, but it is not clear whether they belong to the Second Temple period. In the Coastal Plain a few vessels were discovered at Antipatris (Rosh ha-Ayin) and in Ashdod. A wealth of stone vessels are known from Jaffa – the Jewish port of Judea, and therefore the quantity of stone vessels ther is not surprising. Stone vessels were also discovered in Galilee – Nazareth, Capernaum, and in the abovementioned stone vessel manufacturing workshop at Reina. Stone vessels were also discovered on the Golan Heights in sites such as Gamla. This survey shows that stone vessels were common in Jewish regions and settlements. The Samaritans in Samaria and the Idumeans in the Hebron hill country – Herodium was apparently inhabited by Idumeans in this period – did not observe the laws of ritual purity related to stone vessels, and therefore it is not surprising that such vessels are almost entirely absent from these regions. Stone vessels are very rarely in non-Jewish regions, and obviously not in the lands and cities beyond the area of Jewish settlement in the Second Temple period. The presence of a large quantity of stone vessels in the villages of Benjamin, north of Jerusalem, and their virtual absence in Herodium ans Sebastia implies that the use of stone vessels was not a matter of fashion among the wealthy Jews and in these regions in general, but rather was connected with concern for a high level of ritual purity, among all classes of Jewish society.

The Date of the Stone Vessels Industry

Determining the beginnings of the stone vessel industry poses a difficult problem ; their disappearance is easier to establish, due to its connection with the destruction of the Temple in 70 C.E. In sites clearly belonging to the Hellenistic period, no stone vessels were discovered, nor were stone vessels found in the Hasmonean palace in Jericho. We may thus assume that stone vessels first appeared in the second half of the 1st century B.C.E., while their main distribution occured in the 1st century C.E.

Conclusion

The fine quality and relative cheapness of the stone vessels contributed to their extensive use. However, the main reason for the development of the stone vessel industry is to be sought in the halakhah and the strict observance of the Temple purity rites. When, in 70 C.E., the Temple and Jerusalem were destroyed, and the Jewish population in Judea, Galilee and the Golan suffered reverses in the aftermath of the defeat, many laws connected with ritual cleanness of the Temple lapsed and the stone vessel industry declined and disappeared almost completely. The discovery of a few stone vessels in the caves connected with the Bar Kokhba Revolt seems to indicate that the standard-bearers of the Revolt, those who anticipated the speedy rebuilding of the Temple, strove to observe the laws of ritual cleanness as practiced before the destruction of the Temple. But in effect, this industry ceased after the destruction of the Temple and did not survive-among the Jews who continued to dwell and to thrive in the Land of Israel in the Roman-Bysantine period. Clearly, the stone vessel industry was connected with the Temple and the mandatory purity for its rite. The diffusion pattern of the stone vessels throughout the Jewish areas of the country, and the dates of their appearance and disappearance correspond to those of the ossuaries. Together, they constitute a unique Jewish phenomenon.

Jérusalem antique RÉVÉLÉ

Edité par HILLEL GEVA

ISRAËL Exploration Society – 1994

Jérusalem, site de fabrication de récipients de pierre

Industrie au cours de la période du Second Temple

Yitzhak Magen

La vaisselle en pierre a toujours occupé une place de choix parmi les objets utilisés par l’homme. Cette vaisselle a été utilisée principalement pour le broyage et a été façonnée dans du calcaire dur ou dans du basalte. La culture matérielle de la période du Second Temple a été marquée par l’apparition d’un autre type de vaisselle en pierre, faite de craie (un calcaire tendre). La présence de cette vaisselle principalement dans les zones typiquement juives, telles que Jérusalem, la Judée et de la Galilée, leur absence généralement des zones non-juives et leur disparition soudaine après la destruction du Second Temple et la révolte de Bar Kokhba laisse à penser que l’industrie de la vaisselle en pierre au cours de la période du Second Temple était un phénomène juif distinct connecté avec Jérusalem et le Temple, la loi religieuse juive et la population juive (pl. Vif).

Matériaux et Ateliers pour la production de récipients en pierre

Des vases en pierre ont été faits à la fois blanc et bitumineux. Le premier type en pierre est abondant dans la partie orientale de Jérusalem, de Hizma au nord de Beit Sahour, dans le sud. Kakula locale et nari calcaire ont également été utilisés parfois pour la production de récipients en pierre comme les ossuaires. La craie extraite dans la région de Nebi Musa dans le désert de Judée a été utilisée principalement pour la fabrication de tables en pierre.

Les ateliers pour la production de récipients en pierre ont été concentrés dans Jérusalem et ses environs. La preuve de ces ateliers a été trouvée sur la pente de la Ophel sud du Mont du Temple et dans la Cité de David à Jérusalem. Apparemment, ces ateliers travaillent avec des tours lourds pour la production d’éléments tels que les grands récipients et des tables de pierre. La fabrication de petits récipients, principalement «tasses de mesure» (voir ci-dessous) a été réalisée avec la pierre des carrières en dehors de la ville. Un tel atelier pour la fabrication de récipients en pierre a été découvert en 1968 dans la région d’Abou Dis, à l’est de Jérusalem. Dans cet atelier, les petits récipients ont été produits sur un tour. Les récipients qui avaient été rejetés comme défectueux alors qu’ils étaient en cours, ainsi que « le coeur » – la partie évidée – ont été trouvés à Béthanie. Cette découverte sur le mont des Oliviers atteste  également de la présence d’une industrie des récipients en pierre. Un atelier pour la production de récipients en pierre a également été découvert en Galilée, près Reina, un dôme de craie à 6 km au nord de Nazareth où des tasses de mesure et apparemment aussi d’autres petits récipients faits sur un tour ont été produits. Le plus grand atelier de carrière basé trouvé jusqu’à présent est situé dans le village de Hizma, le Azmaveth biblique, au nord de Jérusalem. Un certain nombre de grottes utilisées comme carrières de pierre, et un atelier de fabrication de récipients en pierre ont été découverts sur la pente nord du village. Les dimensions de deux des grottes sont, respectivement, 38 x 26 m. et 33 x 8 m. Une autre grotte utilisée comme citerne d’eau mesure 8 x 7,5 m. Au début des années 1980, deux campagnes de fouilles ont été menées sous la direction de l’auteur du présent dans une des grottes Hizma. Les fouilles ont révélé des vestiges archéologiques de 5-6 m. d’épaisseur, contenant des éclats de pierre. Des dizaines de tasses de mesure qui avaient été endommagées lors des différentes étapes de travail, des carottes de pierre extraite sur un tour et divers petits récipients latheturned ont été découverts. On trouve également les cuves métalliques et des outils de coupe en fer tels que des couteaux et des ciseaux pour séparer des blocs de pierre et une grande quantité de poteries du 1er siècle CE – jarres, marmites, de nombreuses lampes à huile, et des bols peints. Les poteries sont de bonne qualité et ont probablement été à Jérusalem.

Méthodes de fabrication des  récipients en pierre.

Deux principales méthodes de production peuvent être repérées dans l’industrie du récipient en pierre: méthode manuelle et travail au tour. La fabrication manuelle de la vaisselle évidemment antérieure, bien que des objets entièrement faits à la main ont continué à être produits également après l’introduction de tours. Maillets, ciseaux et gouges;  les outils utilisés pour la fabrication de vaisselle en bois  ont été employés pour la production de divers types de récipients en pierre, façonné manuellement et au moyen du tour.

Récipients en pierre entièrement faits manuellement.

Le travail de la pierre par la main de l’artisan a donné beaucoup de liberté et donc ce groupe de récipientss comprend un large éventail de formes. Trois principaux types d’objets ont été produits de cette manière: ossuaires, tables et petits récipients dont les plus importants sont les tasses de mesure. Les méthodes pour la fabrication d’ossuaires et la décoration de sépultures secondaires étaient identiques à celles des autres ustensiles en pierre. Les ossuaires ont été fabriqués manuellement avec un maillet et un ciseau à partir de blocs rectangulaires préformés, l’ornementation a été sculptée ou gravée dans la pierre – Techniques évidemment issues de la sculpture sur bois,  la craie se prêtant à un traitement similaire (voir dans ce volume, pp 191-205 .) Les tableaux sont rectangulaires avec un seul pied central sous la forme d’une colonne, qui était parfois tourné sur un tour. L’ornementation sur les bords de ces tableaux qui imite la pierre importée, le marbre et tables métalliques dans certains cas ressemblent à celui sur les ossuaires. Parmi la pierre utilisée pour la fabrication de tables est la craie blanche, craie bitumineuse gris-noir et les calcaires durs. Les tasses à mesure lors des différentes étapes de travail ont été trouvées dans tous les ateliers découverts jusqu’ici dans les carrières. Dans les grottes Hizma nous avons trouvé des dizaines de tasses de mesure qui avaient été endommagées tout en étant travaillées, ce qui nous permet de reconstituer le processus de production. Après le détachement du bloc de pierre à travailler de la roche, a été donnée la forme de base de la cuve avec un maillet et un ciseau. Suit l’ étape du creusement du récipient avec un maillet, gouge et le ciseau. A en juger par les découvertes, de nombreux récipients furent endommagés à ce stade du processus de fabrication. Enfin, la surface extérieure de la cuve fut façonnée par un ciseau, aucun effort fait pour lisser les coups de ciseau sur les parois. D’autres récipients  que des tasses à mesurer faites de cette façon comprennent principalement des bols carrés aux angles arrondis et poignées en saillie.

……

Types de récipients en pierre faits manuellement.

Les récipients en pierre faits manuellement forment un groupe important et diversifié. Comme mentionné ci-dessus, trois types distincts d’objets en pierre ont été faits à la main: ossuaires qui constituent l’un des principaux types de produits dans l’ensemble du secteur des ustensiles en pierre, tasses de mesure et des tables de pierre rectangulaires avec un seul pied central (monopodia).

Les tasses de mesure sont de forme unique, probablement en imitation des coupes en bois, et apparaissent dans différentes tailles avec une, mais parfois aussi avec deux poignées. Les chercheurs ont considéré comme récipients de mesure, d’où le nom «tasse de mesure». Toutefois, cette décision est erronée; quelques uns de ces récipients peuvent éventuellement avoir été utilisés pour la mesure, mais, fondamentalement, c’était la Coupe du ménage commun en usage au cours de la période du Second Temple et également pour le rituel du lavage des mains. A ce groupe de récipients en pierre faits manuellement peuvent être ajoutés les bols carrés avec poignées.

…….

Récipients en pierre dans la Halakha juive.

Au cours de la période du Second Temple, une attention rigoureuse a été apportée aux lois de pureté rituelle. Selon la Tosefta, «pureté Israël», la rigueur en ce qui concerne la propreté rituelle ne se limite pas uniquement aux limites du Temple, mais est répandue dans les communautés juives. Les lois de pureté rituelle ont eu une influence profonde sur la vie quotidienne et de la culture matérielle. Les définitions de pureté et d’impureté sont d’origine biblique (cf. Lévitique 11: 33. FF) et au cours de la période du Second Temple, elles ont été élargies et discutées en détail dans le Tohoroth de la Michna. En raison des restrictions relatives à la propreté rituelle, il était plus intéressant d’acheter un récipient qui ne pouvait pas devenir impur, pour une fois. Si un récipient était  devenu rituellement impur, il devenait hors d’usage, notamment un récipient en poterie et  dû être brisé. En conséquence de ce principe halakhique du strict respect des lois de pureté à la fois dans et en dehors du Temple; une industrie de récipients en pierre a commencé à se développer au cours de la période du Second Temple. Selon la halakha, la pierre et la terre ne deviennent pas impurs: «Immersion nécessaire pour tous les ustensiles qui se trouvaient dans le temple, à l’exception de l’autel d’or et l’autel de bronze, car ils ont été comptés comme au sol. Donc R (Abbi) Eliezer. Mais les Sages disent, parce qu’ils ont été étalés (avec du métal) »(Mishna, Hagigah 3:8).

La Mishna liste des groupes de récipients qui ne sont pas susceptibles de devenir rituellement impurs: Récipients faits en bouse de bétail, des vases en pierre, et des vases d’argile (Kelim 10: 1; Oholoth 5: 5; Parah 5: 5; Yadayim 1: 2). Ce groupe de récipients a été fait de matériaux en provenance de la terre. les récipients de Dung ont été faits d’un mélange de déjections animales et de l’argile, séchés au soleil. Ils ont été utilisés principalement pour le stockage de matériaux secs: le blé, l’orge, les lentilles, etc. Les récipients en terre étaient faits d’argile crue. La Mishna définit un vase de terre comme celui qui n’a pas été tiré dans un four, et détermine: «Après ce temps, un vase en terre devient sensible à l’impureté? Depuis le temps où il est cuit dans le four, car c’est la fin de sa fabrication »(Kelim 4: 4). Des vases en pierre ont donc été inclus parmi les récipients non cuits à savoir, de matière naturelle. Des vases en pierre apparaissent également comme un groupe distinct en rapport avec l’eau: «… ils peuvent rendre impure l’eau propre par contact avec la surface d’un récipient en pierre, mais ils peuvent ne pas l’immerger» (Mishna, Betzah 2: 3) et même dans la Tosefta: «Une personne ne peut pas plonger l’eau sur un festival, ni ne peut entrer en contact de la surface de l’eau dans un récipient en pierre à purifier le jour du sabbat; l’opinion de Rabbi. Mais les Sages disent, une personne peut plonger dans l’eau lors d’une fête et il peut faire contact de la surface de l’eau dans un récipient en pierre pour la purifier, mais il ne peut pas plonger »(Tosefta, Shabbath 17: 1; Betzah 2: 9) . Ces lois mettent l’accent sur la grande importance de vases en pierre dans la purification de l’eau lors d’une fête ou le jour du sabbat. L’eau conservée dans un récipient en pierre pourrait être rituellement propre pour une fête ou le jour du sabbat, tandis que l’eau conservée dans un récipient en poterie n’a pas pu être rendue propre, depuis l’instant où l’eau est devenu impure, il conférait cette impureté à la cuve. Cela nous conduit à l’hypothèse que les grands récipients en pierre ont été utilisés pour stocker de l’eau rituellement propre pour le lavage des mains, etc, comme illustré dans le Nouveau Testament dans l’histoire de la transformation de l’eau en vin par Jésus, à Cana en Galilée: «Aujourd’hui, six jarres de pierre étaient là, pour les purifications des Juifs … » (Jean 2: 6). Ces récipients en pierre, selon la version King James, contenant «deux ou trois mesures» – soit 11 à 66 litres environ, la capacité des grands récipients en pierre de la période du Second Temple. (Firkin est l’ancien bain hébreu, une mesure liquide équivalent à 21,83 litres). Il y a une nette préférence dans la Michna pour les objets de pierre comme étant rituellement propre, sur des objets en d’autres matériaux. Si un four est fait en pierre et en métal, il est sensible à l’impureté; comme c’est un four à poterie et si le métal devient impur, il peut être propre. Un four en pierre, cependant, n’est pas sensible à l’impureté du tout (Kelim 5: 11). Le Mischnah affirme qu’un banc de bains en pierre n’est pas sensible à l’impureté (Niddah 9: 3). Depuis, des vases de pierre ne sont pas susceptibles de devenir rituellement impurs, ils ont été largement utilisés dans le Temple. La combustion de la génisse rousse nécessite une propreté rituelle impeccable. Le prêtre qui brûle la génisse est resté pendant sept jours à la Maison de la Pierre (Parah 3: 1). Dans son commentaire sur la Michna, Maïmonide explique que le nom a été donné à cette chambre parce que tous les ustensiles utilisés au cours de son séjour sur le site de pierre, ne sont pas sensibles à l’impureté. Après que la génisse fut brûlée, elle fut finement broyée. Pour se faire, des maillets en pierre furent utilisés et les cendres passées au crible avec un tamis en grès (Parah 3: 11). Le dessin de l’eau de Siloé pour la consécration des cendres de la vache et de son transport vers le Mont du Temple a entraîné un processus long et complexe qui exige la plus grande attention à la pureté rituelle. L’eau de Siloé fut élaborée dans des gobelets en pierre (Parah 3: 2-3) et les cendres de la vache placées dans de grands récipients en pierre de type Kalal (Tosefta, Parah 3: 4). La consécration des cendres fut également réalisée avec des récipients en bouse de bétail, de la pierre et de l’argile non cuite (Parah 5: 5). Les sources mishnaïques, celles en particulier concernant le sacrifice par le feu de la génisse rousse, mettent l’accent sur la grande importance des vases de pierre pour le maintien d’un haut niveau de propreté rituelle dans le temple et dans la vie quotidienne. À cette époque, les deux Sages (Jose ben Joezer et Jose ben Yohanan) a statué que les récipients en verre peuvent devenir rituellement souillés, même s’ils sont propres par la loi Torah (Tosefta, Kelim Baba Batra 7: 7). Restrictions similaires concernant la propreté rituelle des récipients métalliques introduits par Shimon ben Shetah (Bab. Tal, Shabbath 14b;. 16b). La sensibilité des poteries à devenir impures avait déjà été établie dans la Bible. Par conséquent, tous les matériaux peuvent désormais devenir rituellement impurs, les récipients en bouse de bétail et vases de terre (sauf pour la vaisselle en pierre). La Mishna ne donne pas d’explications ou n’étaye pas ces questions, nous ne pouvons que spéculer. Deux raisons principales viennent à l’esprit pour la limitation à la pureté du verre et des récipients métalliques, pour la propreté rituelle des vases de pierre. La première est une question de principe liée à la nature essentielle des matériaux et la seconde reflète le dur conflit social pharisien-sadducéen. En raison des restrictions sévères concernant la pureté rituelle au cours de la période du Second Temple, un principe devait être établi pour définir les états de propreté rituelle et de souillure. Ce principe a déclaré que les matériaux naturels qui n’ont pas été agréés, la pierre, la terre et tout ce qui touche à la terre, ne deviennent pas impurs. L’attribution de l’impureté aux récipients en verre, récipients métalliques et aux «terres des Gentils» (d’où la poterie de luxe a été importée), qui étaient tous des articles coûteux, en contraste avec l’élévation de sheap, produits du terroir, fumier, de terre et des vases de pierre, à un niveau élevé de la propreté rituelle. Ainsi, toutes les couches de la société, et pas seulement les classes riches de Jérusalem, ont réussi à maintenir un degré élevé de pureté rituelle, surtout en ce qui concernait leur contact avec le Temple. Cela a conduit à une utilisation accrue des récipients en pierre par tous ceux qui étaient dans le strict respect. La pierre est ainsi devenu un matériau commun pour imiter les récipients qui étaient susceptibles de devenir rituellement impurs, principalement les luxueux et autres récipients importés qui remplissaient les maisons des classes supérieures à Jérusalem.

Répartition des vases de pierre.

Comme nous l’avons montré, le développement de l’industrie du récipient en pierre avait sa source dans la halakha. Cette hypothèse est confirmée par la carte de répartition des vases de pierre dans les différentes régions de la Terre d’Israël. La plus grande quantité de vases de pierre a été découverte à Jérusalem dans les fouilles de la Cité de David, dans la Haute-Ville, sur la Ophel sud du Mont du Temple, et dans les tombes autour de Jérusalem. La ville était le centre de production, de distribution et de consommation des vases de pierre à l’époque du Second Temple. La gamme la plus diversifiée de récipients a été trouvée là et certains éléments, tels que des tables de pierre, ont été découverts principalement dans la ville. De même, la plupart des grands récipients en pierre ont été trouvés à Jérusalem. Un autre site riche en récipients en pierre a été le territoire de Benjamin, au nord de Jérusalem, où plusieurs dizaines d’anciennes colonies sont connues, dans presque tous les miqva’ot (bains rituels) ont été découverts. Des vases de pierre ont été trouvés dans la région de Benjamin, sur des sites tels que Shiloh, Gabaon, Hizma, Beit Iksa et aussi dans de nombreuses fermes anciennes. Dans la ferme à Qalandiya, où le vin a été produit, deux miqva’ot et un grand choix de récipients en pierre ont été découverts. Des vases de pierre ont également été trouvés dans les colonies à l’est de Jérusalem, comme Béthanie, et au sud de la ville comme dans les grottes Arrub. Seuls quelques bâtiments en pierre ont été découverts dans Hérodion, malgré la taille et l’importance du site. Presque pas de récipients en pierre sont enregistrés à partir de la montagne d’Hébron. Mais d’un autre côté, les récipients en pierre ont été découverts sur les sites, sur les pentes occidentales des collines d’Hébron, parmi eux Khirbet Ramamin (Rimon), et Khirbet el-Muraq. Quelques vases de pierre ont été trouvés à plusieurs endroits dans la vallée du Jourdain et les sites de Judée dans la vallée du Jourdain et le désert de Judée: le palais d’Hérode à Jéricho et la forteresse de Kypros-dessus, Qumran, la Cave des manuscrits, le Treasure Cave , Wadi Murabba’at, et En-Gedi. Le petit nombre de récipients en pierre sur ces sites est surprenant étant donné que la région était une région nettement juive. Cependant, de nombreux récipients en pierre ont été trouvés à Masada, appartenant apparemment à la phase finale de l’occupation et non à la période Hérodienne. Certains des récipients en pierre des grottes du désert de Judée, appartiennent à la période précédant la première révolte juive, et d’autres à l’époque de Bar Kokhba. Dans les montagnes de Samarie, comme dans la montagne d’Hébron, très peu de vaisselles ont été trouvées sur des sites tels que Sebastia (Samarie) et Sichem, mais il n’est pas clair qu’elles appartiennent à la période du Second Temple. Dans la plaine côtière quelques vaisselles ont été découvertes à Antipatris (Rosh ha-Ayin) et à Ashdod. Une multitude de récipients en pierre sont connus à Jaffa, le port juive de Judée et donc la quantité de récipients en pierre n’est pas surprenant. Des vases de pierre ont également été découverts en Galilée – Nazareth, Capharnaüm et dans l’atelier de fabrication de récipients en pierre susmentionnée à Reina. Des vases de pierre ont également été découverts sur le plateau du Golan dans des sites comme Gamla. Cette enquête montre que des vases de pierre étaient fréquents dans les régions et les colonies juives. Les Samaritains en Samarie et les Iduméens, dans la montagne d’Hébron – Herodium a apparemment été habitée par des Iduméens en cette période qui ne respectent pas les lois de pureté rituelle liée à des vases de pierre et il n’est donc pas surprenant que ces vaisselles sont presque totalement absentes de ces régions. Les récipients en pierre sont très rarement dans les régions non-juives et évidemment pas sur les terres et les villes au-delà de la zone de peuplement juif de l’époque du Second Temple. La présence d’une grande quantité de vases de pierre dans les villages de Benjamin, au nord de Jérusalem et leur quasi-absence dans Herodium et Sebastia implique que l’utilisation de récipients en pierre n’était pas une question de mode parmi les Juifs riches et dans ces régions en général , mais a été déterminé par le souci d’un haut niveau de pureté rituelle parmi toutes les classes de la société juive.

L’apparItion de l’industrie des récipients en pierre.

Déterminer les débuts de l’industrie des récipients en pierre pose un problème difficile, leur disparition est plus facile à établir, en raison de son lien avec la destruction du Temple en 70 après J.C.. Sur les sites appartenant clairement à la période hellénistique, aucun récipient en pierre n’a été découvert, ni aucun vase de pierre trouvé dans le palais Hasmonéen à Jéricho. Nous pouvons donc supposer que les vases de pierre apparurent dans la seconde moitié du 1er siècle avant J.C., alors que leur distribution principale est survenue au 1er siècle de notre ère.

Conclusion

Le rapport de la qualité-prix bon des vases de pierre a contribué à leur utilisation extensive. Cependant, la cause principale pour le développement de l’industrie des récipients en pierre doit être cherchée dans la halakha et la stricte observance des rituels de pureté du Temple. Lorsqu’en 70 de notre ère le temple et Jérusalem furent détruits, la population juive en Judée, la Galilée et le Golan subirent un revers suite à la défaite, de nombreuses lois liées à la propreté rituelle du Temple écoulé, l’industrie des récipients en pierre diminua et disparu presque complètement. La découverte de quelques vases de pierre dans les grottes liées à la révolte de Bar Kokhba semble indiquer que les porte-étendard de la révolte, ceux qui ont anticipés la reconstruction rapide du Temple, se sont efforcés à respecter les lois de pureté rituelle pratiquée avant la destruction du Temple. Mais en effet, cette industrie a cessé après la destruction du Temple et n’a pas survécue parmi les Juifs qui ont continué à habiter et à prospérer dans la Terre d’Israël à l’époque romaine-byzantine. De toute évidence, l’industrie des récipients en pierre a été en lien avec le Temple et la pureté obligatoire pour son rite. Le modèle de diffusion des récipients en pierre à travers les quartiers juifs du pays et les dates de leur apparition et de leur  disparition correspondent à celles des ossuaires. Ensemble, ils constituent un phénomène juif unique.

**********

**********

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s